Godot commentaires

Sarajevo, 1993 – Haris Pasovic – Produced Susan Sontag’s staging of Waiting for Godot in the besieged Sarajevo in 1993.
At that time, people really thought it was just a matter of time before somebody would rescue the city.
“The production featured three different couples playing Vladimir and Estragon, one all-female, one all-male and one mixed. I liked this staging because it suggested that the couple’s plight was universal. People risked their lives coming 5 to 10km on foot to the theatre because there was no public transport. We performed by candlelight because there was no electricity. Trying to find candles was a major problem, as was the malnourishment of all of our actors. Susan stole rolls for them from her hotel breakfast. Yes, it was a struggle to put on the show, but it brought our message to the world.” by Imogen Carter
~~~~~~~~~~~~~
New Orleans, 2007 – Wendell Pierce – Starred as Vladimir in the Classical Theatre of Harlem’s outdoor production in New Orleans, 2007.
“My family lost everything to Hurricane Katrina, so when Christopher McElroen asked me .. he had seen a photograph of two guys floating on a door during the floods which immediately reminded him of Gogo and Didi [Estragon and Vladimir] and inspired him to direct Waiting for Godot. “Initially, we performed on a New York stage flooded by 15,000 gallons of water. Later, .. we mounted the production outdoors in New Orleans’s ninth ward, surrounded by square miles of homes that had been destroyed.
“People identified Godot as FEMA [the Federal Emergency Management Agency] in its lack of response to the crisis. But we knew that Godot also symbolised our very existence which had disappeared; our neighbourhood was no longer there, and we feared it would not return. After Katrina, many survivors were asking ‘Should I give up?’ and Waiting for Godot offered the answer, ‘We must go on.’ or ‘At this moment, at this place and time, all mankind is us; let us do something while we have the chance.’ The audience’s reaction was stunned silence.
San Quentin, 1962 & 63 – Rick Cluchey – Played Vladimir in two productions in San Quentin Prison in 1962 and 1963. One of the pioneers of theatre in prisons, after parole he worked with Beckett. Now runs Theatre in Prisons
In 1957, . my sentence was life without parole for a violent armed robbery, and they wouldn’t unlock my cell after dark. My cell partner came back from seeing Godot; he kept me up all night. I remember him saying “everyone was puzzled until one guy came in with a rope around his neck and another guy whipping him and guess what his name was? Lucky!” That spoke to everyone in the audience.
Waiting for Godot resonates with the incarcerated because it depicts a vacant landscape and characters imprisoned within themselves, but with great humour. Beckett approved of our work at San Quentin and we later became great friends. He told me that, when he fled from the Gestapo with his wife in 1941, they spent many nights in abandoned prisons, and I’m sure that influenced his work in some way: empty prisons are full of ghosts.
~~~~~~~~~~~~~~~
South Africa, 1976 – Benjy Francis – Directed and starred as Pozzo in an all-black production at the Market Theatre, Cape Town, 1976.
“Before I staged Waiting for Godot, Beckett had refused to let anyone perform his play in South Africa because he was so opposed to apartheid. I wanted to depict my own struggle under apartheid.
“It was very difficult for me to walk on stage as Pozzo with a whip and my slave, Lucky, tethered to me by ropes. That image was very provocative in South Africa, as it graphically depicted the master-servant relationship engendered by apartheid.
“Ultimately, Waiting for Godot is a very positive play, which talks about the resilience of human beings. The tree was central to my staging; when it started to sprout leaves in act two, that sent a powerful message to oppressed people – it suggested new life and resolution, an image of hope against all the desolation. Every night, the show received standing ovations. Its impact was monumental.

All the above are extracts from –
https://www.theguardian.com/culture/2009/mar/08/samuel-beckett-waiting-for-godot

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Comprehensive article :  https://en.wikipedia.org/

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Roger Blin raconte comment il a rencontré Samuel Beckett, et les nombreuses difficultés qu’il a dû surmonter pour monter la pièce En attendant Godot, qui est finalement produite au Théâtre Babylone en 1953 grâce au soutien de Jean-Marie Serreau et de Georges Neveux.

https://fresques.ina.fr   Voir  1968


Une belle critique sobre
[CRITIQUE par Christophe Raynaud de Lage ©] “En attendant Godot” de Laurent Fréchuret
http://bullesdeculture.com/2017/04/critique-en-attendant-godot-laurent-frechuret.html

“Ce sont de drôles de clowns qui sont venus nous conter l’absurde avril 2017 dans une version d’En attendant Godot mise en scène par Laurent Fréchuret : un très beau moment de théâtre !
Citations de cette critique :
que perd-on à perdre son temps ?
Les personnages attendent et nous attendons avec eux. Ils restent ensemble pour attendre ; nous voilà à leurs côtés. L’intérêt ne réside pas tant dans l’attente que dans la façon dont nos deux acolytes appréhendent le temps de cette attente.
On se retrouve aux marges de la société avec deux individus qui en sont exclus : des vagabonds. Si Samuel Beckett emprunte à John Millington Synge ces figures marginales …..
Pozzo : La violence des rapports de domination de la société fait une irruption dérangeante sur scène. son besoin de compagnie s’exprime comme un besoin de diriger et de dominer
Ne vaut-il pas mieux ne rien posséder et attendre vainement le bienfaiteur illusoire avec une saine compagnie que se prêter au jeu du dominant et du dominé ? C’est la question que pose en tout cas En attendant Godot.
Vladimir et Estragon font rire dans l’attention qu’ils prennent à imiter des discussions différentes

Kenneth Tynan – theatre critic
The Beckett vacuum: On Waiting for Godot
By all the known criteria, Mr Samuel Beckett’s Waiting for Godot is a dramatic vacuum. It has no plot, no climax, no denouement; no beginning, no middle and no end. Unavoidably, it has a situation, and it might be accused of having suspense, since it deals with the impatience of two tramps waiting beneath a tree for a cryptic Mr Godot to keep his appointment with them; but the situation is never developed, and a glance at the programme shows that Mr Godot is not going to arrive.

Waiting for Godot frankly jettisons everything by which we recognise theatre. It arrives at the custom house, as it were, with no luggage, no passport and nothing to declare: yet it gets through as might a pilgrim from Mars. It does this, I believe, by appealing to a definition of drama much more fundamental than any in the books. A play, it asserts and proves, is basically a means of spending two hours in the dark without being bored. (August 7, 1955)

Beckett’s French

Nabokov estime que le français de Beckett est celui d’un « maître d’école… un français préservé » ; il préférait lire Beckett en anglais, où « l’on sent la moiteur de l’association des mots et des racines vivantes se propageant dans sa prose …. Selon Nabokov, la deuxième langue de Beckett a toutes les caractéristiques d’une langue apprise, et comme acquise dans la salle de classe,…..

Nabokov perçoit chez Beckett la rhétorique du maître – une rhétorique qu’il connaissait lui-même très bien, pour l’avoir subie lors de son propre apprentissage du français et de l’anglais. L’auteur russe considère cette rhétorique comme un défaut chez l’écrivain irlandais, défaut qui lui saute aux yeux quand il compare les versions françaises et anglaises de ses écrits. Mais cette rhétorique du maître est-elle compatible avec la qualification la plus courante du style français de Beckett : un français « sans style » ?

Dans la critique française et anglophone, une idée a longtemps prévalu : l’originalité de Beckett consisterait dans sa découverte en français d’un style qui n’en est pas un. C’est d’autant plus curieux que cette tradition de lecture provient d’une remarque faite par Beckett ….. : à la grande question « Pourquoi avez-vous décidé d’écrire en français ? », Beckett aurait répondu « parce qu’en français, c’est plus facile d’écrire sans style … ». Le commentaire est souvent associé au témoignage de Richard Coe qui affirme que Beckett lui donna la même réponse : Beckett aurait décidé d’écrire en français car l’anglais lui faisait peur et qu’il « couldn’t help writing poetry in it  … ».

La critique retint donc que Beckett avait trouvé en français une écriture dénuée d’expérience, aux antipodes de la langue anglaise dans laquelle il était immergé depuis toujours et où chaque phrase, chaque mot, le renvoyait à une rhétorique et un style qui n’étaient pas le sien. Cette tradition est défendue avec subtilité par Bruno Clément .., où le « sans style » est non seulement désigné comme la qualité majeure du français de Beckett, mais aussi le trope qui gouverne l’intégralité de son œuvre bilingue :
voir https://www.cairn.info/revue-litterature-2012-3-page-90.htm


Une Vie, une œuvre : Samuel Beckett.
Par Catherine Pont Humbert et Dominique Costa.
Émission diffusée sur France Culture le 29.11.2006.

Catherine Pont Humbert s’entretient successivement avec Anne Atik, poète, Avigdor Arikha, peintre et ami de Samuel Beckett, Tom Bishop, professeur de littérature à New York University, Pierre Chabert, acteur et metteur en scène, Hélène Cixous, romancière et essayiste, Barbara Hutt, metteur en scène, et Bernard Lévy, metteur en scène, qui évoquent l’auteur, sa personnalité et son œuvre. Alternance avec des extraits de documents d’archives et des lectures de ses textes.

Jacques Lacan disait de lui qu’il était l’écrivain qui a sauvé l’honneur de la littérature. A quoi il faut ajouter que Samuel Beckett a révolutionné la littérature et la dramaturgie. Bien que l’œuvre de Beckett soit traversée par une pensée essentielle et récurrente : la tragédie de la naissance (“Vous êtes sur terre, c’est sans remède ! “, dit Hamm, dans Fin de partie ) elle est très éloignée de sa réputation d’œuvre pessimiste, voire nihiliste. Lieu du paradoxe, c’est aussi une œuvre humoristique, sarcastique qui suscite le rire même si le rire naît de la souffrance. Le romancier de “Molloy”, de “Malone meurt” , de “l’Innommable” ou l’auteur de théâtre de “Oh les beaux jours” , “En attendant Godot” ou “Fin de partie” ne parle jamais que du même sujet, nous le savons.

Mais la condition humaine aussi tragique soit-elle, doit cependant être pleinement vécue. Loin de l’auteur noir, désespéré ou intellectuel, Beckett est un homme d’une incroyable modernité. En 1953, avec la création de “En attendant Godot” au Théâtre Babylone, ses clochards existentialistes déclenchent un véritable raz-de-marée. Beckett a tourné une page de l’histoire théâtrale et s’est valu une renommée internationale. Il y a chez Beckett la recherche d’une abstraction littéraire, le désir de la littérature pure. D’un point de vue formel, son œuvre est une révolution.

En choisissant le français pour langue de création, il est parvenu à se dépouiller des automatismes de sa langue maternelle. Le passage de l’anglais au français était une façon pour lui de retrouver sa liberté, de larguer les amarres, de choisir une langue neuve qui conservait un parfum d’étrangeté. Beckett disait que rien ne pouvait être affirmé sur son œuvre, qu’elle devait être perçue et qu’il fallait en faire l’expérience.