Giverney de Claude Monet

Le village de Giverny

Situation : Aux portes de la Normandie, à 75 km de Paris et à 60 km de Rouen, le village de Giverny est situé sur la rive droite de la Seine, à son confluent avec l’un des deux bras de l’Epte, bordé de saules et de peupliers.

Giverny et l’Impressionnisme : La célébrité de Giverny commence en 1883, lorsque le peintre Claude Monet découvre le village par la fenêtre du train. Enthousiasmé par le site, il trouve une grande maison à louer, “la maison du Pressoir”. Il s’y installe à la fin du mois d’avril avec Alice Hoschedé, sa compagne, ses deux fils et les six enfants Hoschedé. C’est une ferme avec un potager et un verger s’étendant sur un hectare.

On compte alors environ 300 habitants à Giverny, pour la plupart des cultivateurs, et quelques familles bourgeoises. Une seule ferme est encore en activité actuellement.

Le village consiste essentiellement en deux rues à flanc de colline bordées de maisons basses couvertes d’un crépi, peint en rose ou en vert, avec des toits d’ardoises, et ornées de glycines et de vigne vierge. Ces rues sont coupées par des allées étroites. La route “Claude Monet” traverse le village de part en part. Le “Chemin du Roy ” (D5) longe les rives de l’Epte. La propriété de Claude Monet s’étend entre ces deux voies.

Dans sa correspondance, Monet ne cessera d’exprimer son attachement de plus en plus fort pour Giverny. Il y restera 43 ans, jusqu’à sa mort en 1926.
En 1890 il devient propriétaire de la maison et des jardins qu’il va transformer profondément. Devant la maison s’étend le Clos normand, débordant de fleurs, (100 000 plantes renouvelées chaque année et 100 000 vivaces). De l’autre côté du Chemin du Roy il fait aménager l’étang aux Nymphéas. Pour cela il a détourné un bras de l’Epte.

Au début de son séjour à Giverny, Monet puise son inspiration dans la campagne environnante, mais peu à peu il se limite à son jardin d’eau et représente le pont japonais et les nymphéas.

A partir de 1887, une colonie de peintres étrangers s’installe à Giverny, en majorité américains comme Sargent. Mais il semble que ce soit le charme de l’endroit qui les y ont conduits plus que la présence de Monet. Pendant trente ans, une centaine d’artistes vont se succéder à Giverny. Malgré tout ils auront peu de contacts avec Monet qui trouve leur présence gênante. Mais leur art sera profondément influencé par les techniques impressionnistes.

Monet meurt le 5 décembre 1926. Il repose dans le caveau familial à l’arrière de l’église du village.
A voir :
La tombe de la famille Monet – Le Musée des Impressionnismes, Giverny – La maison et les jardins de Claude Monet

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦

Giverny | La Maison de Claude Monet :

Au départ, la Maison du Pressoir (un pressoir à pommes ) est de dimensions plus réduites. Monet va l’agrandir de chaque côté, pour en faire une longère de 40 mètres de long sur seulement 5 mètres de large.

La grange adossée à la maison devient son premier atelier, grâce à la pose d’un plancher et à l’installation d’un escalier vers la maison principale. Monet, qui peint surtout en plein air, a besoin d’un endroit pour entreposer ses toiles et pour effectuer les retouches.

Au-dessus de son atelier, Monet ajoute un étage et s’aménage une grande chambre à coucher et un cabinet de toilette. Tout le côté gauche de la maison est donc réservé à Monet, qui y possède son espace de travail et de repos.

Il a fait la taille des fenêtres, plus larges que dans la partie d’origine. La cuisine est assez vaste pour préparer les repas d’une famille de dix personnes. A l’étage, des chambres sont aménagées pour les quatre filles d’Alice Hoschedé-Monet. Les deux fils d’Alice et les deux fils de Claude logent dans les combles.qu

C’est Monet qui a choisi la couleur rose de la façade et celle des volets en vert. Il installe une galerie devant la maison, une pergola couverte de rosiers grimpants, et fait pousser une vigne vierge sur la façade : la maison doit se fondre dans le jardin.

Le visiteur de Giverny est souvent surpris de ne pas y trouver de nombreuses peintures du maître des lieux, mais des reproductions de son œuvre. Ses toiles sont en effet dispersées aujourd’hui entre des musées français, des musées étrangers et des collections privées. Et Giverny, en ce sens, évoque davantage l’homme qu’était Monet que son travail pictural.
~~~
Le riche décor de la maison dans ses jardins, la très riche collection de gravures japonaises ont surpris et ravi les amis de Monet. Le visiteur d’aujourd’hui peut également ressentir des sentiments similaires à ceux des habitués de Giverny il y a cent ans: cette salle à manger lambrissée est peinte en jaune pâle, avec des moulures d’un jaune plus vif, avec des meubles, des buffets, des commodes, peintes de la même façon, les murs décorés. avec une profusion de gravures japonaises, la plus belle, la plus rare. Le plus inattendu, aussi, où l’art du Nippon a été appliqué pour représenter les costumes et les aspects de la vie hollandaise dans les colonies.

Au cours de ses 46 années la bas, le peintre construit la maison, ajoute des ateliers et une serre et consacre beaucoup de temps à son jardin sans cesse renouvelé. Cette détermination à toujours améliorer ce jardin, à changer de couleur, témoigne de la même volonté farouche de peindre et de repeindre certaines de ses peintures à la recherche d’un absolu qui dépasse la peinture. Les Nymphéas sont là en contrepoint, séparés de ce jardin par un petit pont, comme par hasard japonais. Abode, jardin, estampes, en plus de ses œuvres d’art, peuvent être vus comme l’expression d’une personnalité riche, originale et toujours à la limite.

La collection d’estampes japonaises de Claude Monet
 e.g. (HIROSHIGE HITSU – Vues des tourbillons de Naruto à Awa)
La collection d’estampes japonaises constituée par Claude Monet réunit 231 gravures. Après une éclipse de quelques années consécutive à son legs par Michel Monet, elle a retrouvé son cadre d’origine dans la maison du peintre, restaurée grâce aux efforts de M. Gérald van der Kemp et des généreux amis de l’Institut de France.

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦

Le Jardin
Le Clos normand :
C’est dans la fréquentation des jardins de ses amis puis dans le sien à Argenteuil que Monet acquiert l’amour des plantes et du jardinage. A Giverny, il modèle son jardin pour mieux le peindre. Devant la maison, il édifie le clos normand : il commence par enlever les arbres qui font de l’ombre; puis il organise des carrés de fleurs vivaces et jouent de leurs coloris pour une peinture. Il voue une véritable passion aux tulipes. Aujourd’hui ce sont 10 jardiniers qui s’occupent des jardins de Giverny, et ils étaient jusqu’à six à l’époque de Monet, preuve de l’importance qu’il leur accordait.

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦

Video : Jardin Claude Monet, Giverny, Eure, Normandie, Gilbert Vahé

Au nom des jardins de Giverny dans l’Eure, est associé celui des jardins de Claude Monet. Quasi à l’abandon, ce jardin finalement réouvert dans les années 80. Nous est présenté par celui qui vient de prendre une retraite bien méritée : Gilbert Vahé. Eh oui, dans “jardin jardinier”, un jardinier peut en cacher un autre… Qui mieux que lui peut raconter l’histoire de ce lieu magique où il a été décidé de figer dans le temps la période de fin de vie du peintre ? Qui a tenté mieux que lui de percer les secrets et la terrible rigueur de Claude Monet… pour rendre à ce lieu le lustre de l’époque de l’artiste ? Peintre, jardinier et cuisinier, Claude Monet ne laissait rien au hasard… Son ombre plane toujours sur Giverny. Gilbert va désormais se consacrer à son art du jardin, pour lui, à l’écriture d’un livre pour nous, et quoi qu’il nous dise, Claude Monet risque de l’accompagner encore un certain temps. Prochain rendez-vous, nous attendons d’aller tourner dans ton jardin de retraité, Monsieur Gilbert.

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬

Video : Fondation Claude Monet.  Jardins de Giverny –

David Jeannerot ( plantiste et jardinier urbain ) vous donne rendez-vous à la fondation Claude Monet de Giverny !
Découvrez les secrets d’histoire de cet environnement exceptionnel avec Remi Lecoutre, le jardinier de ce jardin !

Monet a passé le moitie de sa vie la bas – plus de 40 ans
Le clos Normand – un centain de grands massifs et un quarantaine de petits massifs qui sont tous monochromes ou bichromes
en ouvrant les deux portes au fond de l’allée on peut voir jusqua les prairies
16 arceaux metallics
Des supports metallics étaient assez originales pour l’époch
Il avait des plantes assez a la mode – des ranuncules. des fritillaire per?? jaunes éxtrément apprecies au moment
Le bassin Anglo-Japonais est toute a fait artificiel
La riviere de Lette? qui passe en des centaines des metres a l’est aliment le bassin et il rejoin la Seine,
Comment on plante les Nymphaeas – 80 cm minimum de surface de l’eau – il faut la lumiere – un pompe pour filtrer
floraison a partir de Juin, ca depend de la variété, de la temperature de l’eau et de la luminosité –

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬

le jardin de Claude Monet à Giverny par James Priest, jardinier

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦

Extrait de l’émission “Des Racines et Des Ailes : 2016

Nous déambulons dans ses allées en compagnie du jardinier anglais, James Priest, qui a la responsabilité de perpétrer l’oeuvre de Claude Monet. “On utilise les plantes comme des couleurs de la peinture”.

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬

Jardin de Monet – Jardin d’eau juin 2014
Musique: “Moonlight Sonata” – Ludwig van Beethoven

Les plantes dans ce video

etc etc

¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬¦¬